Partagez !
Share On Facebook

Yoga Iyengar à Bruxelles


khaguratro

 

 

Désire mon corps,

mes pieds,

désire mes yeux,

désire mes cuisses,

que tes yeux,

tes cheveux,

amoureuse,

se consument de passion pour moi!

Je te fais suspendre à mon bras,

t’attacher à mon cœur,

que tu deviennes en mon pouvoir,

te soumettes à ma volonté !

Celles qui ont au cœur

la tendresse pour leur petit qu’elles lèchent,

les vaches,

mères du beurre sacré :

qu’elles fassent que cette femme m’aime !

 

Charme pour un attachement amoureux (Atharva-veda 6.9)

yoga Iyengar

De ta tête à tes pieds,

la folie d’amour,

je t’en frappe, toi qui m’es cher !

Lancez-la sur lui,

ô Dieux ! qu’il brûle pour moi !

Favorise mon dessein,

ô Faveur !

Arrange les choses pour moi, ô Intention !

Lancez sur lui la folie d’amour,

ô Dieux ! qu’il brûle pour moi !

Tu peux t’enfuir

à trois lieues de moi, à cinq lieues,

aussi loin que va le cavalier :

tu me reviendras !

tu seras le père de nos fils !

 

Charme pour un envoûtement amoureux (Atharva-Veda  6.131)



Notes sur le Veda

Sources : Jean Varenne (extraits), Ralph Selby (extraits).yoga Iyengar


Les plus anciens documents que l’on possède sur les religions de l’Inde sont un ensemble de textes rédigés en sanskrit archaïque auxquels la tradition hindoue donne le nom de Veda, c’est-à-dire « le Savoir », « la Science (par excellence) ». Jouant un rôle analogue à celui de la Bible pour le judaïsme et le christianisme, le Veda fonctionne en principe comme un ouvrage de référence, qui a valeur normative dans tous les domaines intéressant la vie religieuse (rites, croyances) et sociale (organisation idéale de la société, éthique politique)….yoga Iyengar


La rédaction du Veda a dû se faire, de façon continue, pendant plus d’un millénaire, entre le XVIIIe et le VIIIe siècle avant l’ère chrétienne. Ces dates restent approximatives pour deux ordres de raisons : d’une part, parce que les textes védiques ne comportent aucune référence à des événements historiques connus par ailleurs, ni même à des civilisations étrangères ; d’autre part, parce que le début et la fin de cette rédaction sont également difficiles à apprécier : maintes strophes du Rgveda ont pu être composées avant le IIe millénaire, cependant que certaines Upanisad l’ont été bien après le VIIIe siècle. Pourtant, il est certain que la majeure partie du canon védique a été élaborée et mise en forme dans la limite des dates indiquées plus haut, au fur et à mesure de la pénétration des clans indo-européens (que le Veda nomme arya, « aryens ») dans l’Inde du Nord-Ouest.yoga Iyengar


La gêne principale pour dater le Veda vient de ce que l’archéologie védique est inexistante ; cela pour deux raisons principales, l’une tenant aux conditions présentes de la recherche, l’autre au caractère propre de la civilisation « védique ». Nomades en voie de sédentarisation, les aryens n’utilisaient que des matériaux périssables : l’argile, le bois. Le cuivre, le fer, l’or et l’argent étaient certes connus, mais servaient surtout à la confection d’armes et de bijoux. Quant à la recherche, les régions à scruter sont parmi les plus disputées de l’Asie : ce sont celles (Cachemire, Penjab, Afghanistan, Turkestan russe et Turkestan chinois) où se croisent les frontières des anciennes républiques soviétiques et de la Chine, de l’Inde et du Pakistan ; autant dire que la recherche archéologique systématique par les moyens modernes (photographie aérienne) n’est pas près d’y être entreprise !yoga Iyengar


Cela donne une physionomie particulière aux études védiques, qui restent fondées, par la force des choses, sur la seule philologie. Le dommage n’est cependant pas aussi grand qu’il paraît, car le Veda a un caractère encyclopédique, voulu par ceux qui l’ont composé (d’où son nom : « le Savoir », c’est-à-dire « la Somme des connaissances essentielles ») ; à la faveur de prescriptions rituelles, de récits mythiques ou de panégyriques, apparaissent des détails significatifs qui permettent de reconstruire pour l’essentiel l’univers familier des Indiens védiques, tant en ce qui concerne la vie quotidienne que l’idéologie….


Le Veda se répartit en 4 recueils qui sont aussi des « genres littéraires » :yoga Iyengar


  • La Rig-veda-samhitâ est le recueil de base dont sont dérivé les autres. Elle comporte 1028 hymnes réparties en 10462 stances, le premier étant dédié à Agni, patron du Rig-Veda. La place des hymnes de la RVS est comparable à celle des Psaumes dans la liturgie chrétienne. Ils constituent un trésor poétique dans lequel on puise pour trouver des prières ou des récitations liturgiques aux occasions les plus diverses.
  • La Sâma-veda-samhitâ consiste principalement en stances tirées de la Rig-veda-samhitâ et adaptée à la récitation chantée. C’est le cantique avec des notations musicales et des indications de mélodies.
  • La Yajur-veda-samhitâ regroupe des formules en vers et en prose mêlés, directement affectés au culte et disposés dans l’ordre où elles sont utilisées dans les cérémonies.C’est la liturgie.yoga Iyengar
  • L’Atharva-veda-samhitâ contient des charmes magiques de longue vie, contre la maladie, la possession démoniaque, pour gagner l’amour d’autrui ou la richesse.

 


 

Print This Post Print This Post Email This Post Email This Post

Autres cours au Dojo

Articles & Textes